La transmission d’entreprise : un « gisement de conseil facturable » pour l’expert-comptable

A LA UNE
Outils
TAILLE DU TEXTE

La cession-reprise est au cœur de l’activité des professionnels du chiffre et constitue une belle opportunité de développement pour les cabinets. Un sujet abordé lors d’une Matinale organisée par la CCEF le 14 janvier dernier.

Les transmissions d’entreprise constituent un enjeu économique majeur et les experts-comptables sont concernés au premier chef par ces opérations. La question a été développée par deux intervenants AG2R La Mondiale lors d’une rencontre proposée par la CCEF mardi 14 janvier 2020.

« La transmission d’entreprise est un sujet complexe. Les dirigeants expriment clairement des préoccupations en la matière. (…) Le conseil joue pleinement son rôle lors de ce passage. On se rend compte qu’il y a ici un gisement de conseil, et de conseil facturable » observe ainsi Sabine Pieters-Schmidt, Conseillère en protection sociale et patrimoniale chez AG2R La Mondiale.

Les cinq questions essentielles et structurantes pour accompagner une transmission d’entreprise

Selon cette dernière, l’accompagnement à la transmission suppose de soulever cinq interrogations auprès du dirigeant :

  • Que compte-t-il transmettre ?
  • Quand ?
  • A qui ?
  • A combien estime-t-il la valeur de son entreprise ?
  • Comment imagine-t-il la transmission à venir ?

Cinq dimensions qui dessinent ensemble un point de départ incontournable pour un conseil avisé en matière de transmission d’entreprise. Mais selon les intervenants AG2R La Mondiale, l’aspect le plus central dans ce type d’opération n’est pas – contre toute attente – un point technique...

L’humain au centre de la cession-reprise

La question essentielle à envisager auprès du dirigeant serait ainsi la suivante : « Quelle vie souhaitez-vous vivre ? » Autrement dit, comment le chef d’entreprise se voit-il après la cession ? Quelle existence de « jeune retraité » entend-il mener ?

« Les réponses sont alors aussi variées qu’il y a de dirigeants » commente Jérôme Galloni d'Istria, Conseiller certifié chez AG2R La Mondiale. « Il n’y a pas de réponse commune car c’est là que les projets se matérialisent. On pourrait effectivement avoir un réflexe technique et se raccrocher aux outils connus : patrimoniaux, fiscaux, sociaux… Néanmoins, va-t-on alors répondre au besoin du dirigeant ? Pas forcément, si l’on n’a pas posé cette question – qui est essentielle – de la vie d’après… une nouvelle vie qui s’ouvre et qui n’est pas facile à aborder. »

Ensuite seulement, la technique peut reprendre ses droits. De la réponse à cette interrogation fondamentale dépend le besoin de revenu par période de vie. De ce besoin découle la structuration du patrimoine pour y répondre. Enfin, de cette structuration résulte le type de transmission à retenir et la stratégie fiscale idoine.

Hugues Robert (@HuguesRob)

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.