Le DAF augmenté, moteur de la transformation de l’entreprise ?

A LA UNE
Outils
TAILLE DU TEXTE

A l’occasion des Rencontres du digital et de la finance d’entreprise organisées le 8 avril dernier par la DFCG, le cabinet RSM a présenté une étude sur la numérisation des directions financières et plus largement des entreprises. Une conférence animée par Christophe Bouat, Président du groupe PME-ETI de la DFCG, et Amaury de la Bouillerie, Associé RSM.

Montée en puissance du « DAF architecte »

L’étude RSM porte sur 85 répondants, tous issus de PME ou ETI. Elle met en valeur trois profils de directeurs financiers concernant la digitalisation :

  • le DAF producteur : encore focalisé sur la production des données comptables et financières ;
  • le DAF architecte : acteur de la transformation numérique, il ne perçoit cependant pas encore les pleins bénéfices des chantiers mis en œuvre ;
  • le DAF scientist : ayant achevé sa digitalisation, son rôle de business partner se voit considérablement renforcé.

Par rapport à l’année précédente, la proportion des DAF architectes augmente fortement (60 %). « Aujourd’hui, on se reconnaît dans cette fonction d’architecte » commente ainsi Amaury de la Bouillerie. Mais le DAF scientist ne représente quant à lui que 9 % du panel. La mutation est en cours dans la fonction finance.

Paradoxe : la direction financière moins impliquée dans la digitalisation de l’entreprise

A côté de cette montée en puissance du DAF architecte, l’étude RSM révèle une moindre implication des directeurs financiers dans la transformation numérique globale de leur entreprise. Ils semblent sur ce sujet moins meneurs d’une réflexion en amont par rapport à l’année précédente (16 % contre 30 % auparavant).

Passée la crise du Covid et la digitalisation à marche forcée liée à cette période si particulière, « les directions financières sont un peu redescendues au fond de la mine, elles ont le sentiment d’être moins dans la réflexion stratégique et probablement plus concentrées sur leurs propres projets » avance Amaury de la Bouillerie.

La digitalisation est pourtant un enjeu majeur pour la fonction finance, en termes notamment d’attractivité et de pouvoir d’influence au sein des organisations. L’étude RSM invite ainsi les directions financières à s’engager davantage dans le cercle vertueux de la transformation numérique, afin de basculer plus largement dans la figure du DAF scientist, véritable conseiller stratégique de la direction générale.

Hugues Robert (@HuguesRob)