Lancez le crash test de votre business model

Décryptages
Outils
TAILLE DU TEXTE

Lors du Salon des Entrepreneurs, Morgane Marc, Associée Absoluce spécialisée dans les startups et Laure Honnorat, Secrétaire générale ont présenté une méthode qui permet de tester la pertinence de son business model.

Lorsqu'un porteur de projet crée son entreprise ou qu'un entrepreneur lance une nouvelle activité, il est toujours persuadé du bien-fondé de son idée, de son offre, de sa viabilité. Le risque, c'est qu'au départ, il considère son modèle économique de son seul point de vue. Pour éviter un futur « crash », la méthode Canvas est l'une des plus connues pour se poser les bonnes questions, analyser objectivement les éventuelles failles du business model et l'améliorer.

Phase 1 : challengez votre proposition de valeur

Quel type de client visez-vous ? Est-ce que la valeur proposée du produit ou du service correspond à son besoin ? Ou bien quel problème contribuez-vous à résoudre pour lui ? Il convient ensuite d'analyser le profil du client type. Si l'on a plusieurs segments de clients, ce travail d'analyse devra être réalisé pour chacun d'eux.

En se basant sur l'analyse SWOT (forces, faiblesses, opportunités, menaces), recherchez les menaces : des produits ou des services de substitution sont-ils disponibles ailleurs ? Des concurrents menacent-ils de proposer de meilleurs prix ou davantage de valeur ? Puis recherchez les opportunités : pourriez-vous générer des revenus récurrents, par exemple en convertissant des produits en services ? Quels autres besoins clients pourriez-vous satisfaire ? Quelles extensions de votre proposition de valeur seraient possibles ?

Si l'on prend l'exemple de Nespresso, l'idée était de proposer aux amateurs de café la possibilité de disposer d'un très bon café chez soi. Afin de répondre au segment client identifié, Nespresso a développé sa proposition de valeur autour de machines, de capsules et de services premium.

Trouvez votre océan bleu. Le livre de référence « Stratégie Océan Bleu » de Chan Kim et Renée Mauborgne démontre qu'une entreprise qui reste dans l'océan rouge, représentant l'espace stratégique connu constitué des entreprises existantes sur le marché, devra faire face à une concurrence féroce, alors que celle qui découvrira l'océan bleu, représentant l'espace stratégique non exploité, caractérisé par une croissance durable, n'aura aucun concurrent en face d'elle.

Le Cirque du Soleil est une excellente illustration de cette stratégie océan bleu : il a révolutionné le concept même de cirque en supprimant les animaux, en introduisant un fort aspect artistique et en offrant un type de spectacle novateur et unique.

Phase 2 : interface client : posez-vous les questions clés

Intéressez-vous d'abord à l'analyse de votre clientèle. Savez-vous bien analyser qui sont vos clients ? Quel est votre taux de fidélité, de renouvellement, d'attrition ? Quels sont les risques que vos clients vous quittent ? La concurrence risque-t-elle de s'intensifier ? Identifier les données clés, se constituer une base de données et savoir l'analyser et l'exploiter est essentiel.

Ensuite, comment arrivez-vous jusqu'à vos clients ? Quels sont vos canaux de distribution ? Sont-ils rentables ? Sont-ils adaptés à vos produits ou services et vos clients les identifient-ils facilement ? Reprenons l'exemple de Nespresso, qui distribue ses produits dans des boutiques haut de gamme correspondant à son image de marque.

Et enfin, comment organisez-vous la pérennité et la qualité de votre relation avec vos clients ?

Pour ces trois critères – segment client, canaux de distribution et relation client – interrogez-vous sur la manière de les améliorer en les rendant plus efficaces et plus rentables.

Phase 3 : votre infrastructure de gestion est-elle perfectible ?

Pour être performant dans votre offre de produits ou de services, intéressez-vous aux ressources clés, aux activités clés et à vos partenaires, en vous posant à chaque fois la question des risques et des opportunités.

Vos ressources clés peuvent-elles être reproduites par vos concurrents ? Risquez-vous d'être confronté à une rupture de l'offre de certaines ressources ? Avez-vous des ressources sous-exploitées ? Devez-vous rechercher de nouvelles ressources pour sécuriser votre production ? Serait-il possible d'utiliser moins de ressources coûteuses pour obtenir le même résultat ?

Quelles activités clés pourraient être bouleversées ? Quels seraient les risques externes qui pourraient remettre en cause vos activités ? De quels facteurs dépend la qualité réelle ou perçue de vos produits ou services ? La standardisation de certaines activités clés est-elle envisageable ? Comment améliorer la performance d'une manière générale ?

Lorsque l'on démarre un nouveau projet, le manque de ressources peut être intelligemment compensé par des partenariats. Il est même envisageable, dans certains cas, pour les fidéliser, de faire entrer ses partenaires les plus stratégiques au capital. Il en est de même pour attirer les talents, souvent trop coûteux en salaires.

Risquez-vous de perdre des partenaires ? Pourraient-ils collaborer avec vos concurrents ? Pourriez-vous devenir trop dépendant de certains partenaires ? Une collaboration plus étroite avec vos partenaires vous aiderait-elle à vous concentrer sur votre cœur d'activité ? Les canaux de distribution de vos partenaires pourraient-ils vous aider à toucher davantage de clients ? Des partenaires pourraient-ils vous aider à compléter votre proposition de valeur ?

Phase 4 : optimisez vos flux financiers et augmentez vos marges

C'est là le point le plus important : la meilleure idée du monde, sans une saine gestion, est vouée à l'échec ! Les prévisions de chiffre d'affaires sont certes importantes, mais là n'est pas l'essentiel. L'essentiel, c'est comment générer de la marge. Comment l'analyser. Comment la fabriquer. Avec une manière de produire économe ? Avec des prix élevés grâce à une valeur importante perçue par le client ? Grâce à des économies d'échelle ? Par une bonne gestion de votre trésorerie, parce que vous encaissez avant de livrer ?

Est-ce que vos points forts sont pérennes, comme par exemple la prévisibilité des coûts, la rentabilité des opérations ? Pourriez-vous améliorer encore votre rentabilité, en transformant des revenus ponctuels en des revenus récurrents ? Ou en développant des ventes associées à vos produits ou services actuels ?

Pour conclure, les moyens d'améliorer et de sécuriser un nouveau projet sont multiples. Il est possible de jouer sur de nombreux facteurs. Plus le porteur de projet aura travaillé sur un « crash test » complet, avec des contradicteurs pertinents, plus il multipliera ses chances de réussite. Sans oublier ce qui doit toujours être le cœur du projet : sa raison d'être.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.