Comptabilité : les tendances de fond du secteur

Décryptages
Outils
TAILLE DU TEXTE

Une tribune d'Arthur Waller, CEO et Co-Fondateur de Pennylane.

Digitalisation accrue du métier et développement de la comptabilité en ligne

La digitalisation du métier d’expert-comptable n’est pas nouvelle : elle est promue et impulsée par l’Ordre des experts-comptables qui engage de nombreuses actions et a même ouvert différents incubateurs Accountech sur le territoire. Cependant, plusieurs facteurs laissent penser que nous sommes à l’aube d’une transformation radicale de la profession.

Tout d’abord, les clients se sont équipés – dans leur vie professionnelle comme dans leur vie privée – d’outils digitaux qui facilitent leurs pratiques. Ils sont demandeurs d’outils similaires, simples d’utilisation, pour collaborer avec leur comptable.

Les clients se sont également habitués à l’immédiateté. Les comptables doivent donc être capables de servir de l’intelligence opérationnelle sur demande (IOD – Intelligence On Demand, l'analyse en temps réel de données fiables et complètes) à leurs clients. Cela passe à la fois par une tenue comptable au fil de l’eau permettant de sortir des états financiers quasi instantanément mais aussi par une disponibilité du comptable par différents moyens de communication (chat, Slack, etc.).

On observe aussi que les dirigeants d'entreprise réclament davantage d’outils connectés entre eux. De nombreux services tiers disposent désormais d’API qui facilitent la récupération et l’échange de données. C’est notamment le cas des banques, des solutions de stockage ou d’édition de factures ou bien encore des solutions de paiement et de gestion de la paie. Cette connectivité permet de récupérer toutes ces données en temps réel plutôt qu’à la fin du mois, du trimestre ou de l’année.

Les nouvelles technologies permettent de rendre cela possible. L’intelligence artificielle (IA) par exemple, applicable au secteur de la comptabilité, a atteint un stade de maturité qui permet d’entrer dans une phase de déploiement et d’industrialisation. C’est également le cas de l’OCR (Optical Characters Recognition), la reconnaissance de caractères et plus généralement d’objets (nom du fournisseur, taux de TVA, IBAN, date d’échéance, etc.) sur les factures. Les algorithmes de machine learning permettent aussi de suggérer des catégorisations pour les recettes ou les dépenses et ainsi de faire gagner du temps aux comptables lors des passages d’écritures.

De la comptabilité à l’intelligence opérationnelle

La tenue comptable est souvent considérée par les dirigeants d’entreprise uniquement comme une obligation imposée par l’administration fiscale, et non comme une source d’informations pour mesurer la santé de leur business. Considérant que le plan comptable général a mal vieilli et n’est plus pertinent, beaucoup de dirigeants tiennent une comptabilité analytique en parallèle dans Excel. Les mêmes données financières sont donc analysées deux fois, sous le prisme du plan comptable général par le comptable et sous le prisme de son business plan par le dirigeant ; et ni le dirigeant ni l’expert-comptable ne bénéficient du travail accompli par l’autre.

L’autre problème est plus lié à l’organisation du travail ainsi qu’à la façon que les dirigeants ont de collaborer avec leur comptable. Trop souvent encore, les données sont partagées au cabinet comptable en fin de mois et ce dernier met du temps à les traiter, de telle sorte que le dirigeant reçoit des rapports contenant des données déjà dépassées, une obsolescence qui arrive d’autant plus vite quand l’entreprise connaît une forte croissance. Si l’on reçoit son reporting comptable le 15 du mois suivant, alors toute décision se fonde sur des données « périmées ». Mais nous sommes à l’aube d’un changement de paradigme qui va voir la comptabilité passer d’une obligation à un véritable outil d’aide à la décision en temps réel.

La comptabilité de pilotage comme nous l’appelons, va capitaliser sur le fait qu’elle centralise un grand nombre de données (banque, paie, factures clients et fournisseurs, paiements) pour offrir aux décideurs des indicateurs clés de performance actionnables et de l’intelligence opérationnelle sur demande afin de les aider à prendre les bonnes décisions pour leur business.

La naissance du comptable augmenté ou du « super comptable »

Même si la technologie se développe rapidement et que les logiciels « dévorent le monde » comme l’indiquait Marc Andreessen il y a dix ans déjà, la tenue comptable et le pilotage financier restent des sujets complexes et propres à chaque entreprise. Ce qui explique certainement pourquoi le secteur de la comptabilité a été délaissé jusqu'à présent.

Plusieurs acteurs ont lancé des robots comptables qui réussissent à couvrir de nombreux besoins pour des cas d’usage relativement simples. Cependant, lorsque l’on s’intéresse au cas des entreprises qui ne bénéficient pas d’un régime d’imposition simplifié, on remarque rapidement qu’il existe encore trop de cas particuliers, autant de manières d’analyser et de piloter son business que de décideurs.

C’est pourquoi le modèle qui nous paraît le plus adapté est le modèle dual qui mêle la technologie et l’humain et qui donne naissance à une génération de comptables augmentés. Augmentés par des outils qui leur donnent de super-pouvoirs mais aussi augmentés dans leur fonction, copilotes de l’entrepreneur, forces de conseil et mettant à disposition leur expertise au profit de la société.

Arthur Waller, CEO et Co-Fondateur de Pennylane

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.