Comptalib : l’obsolescence programmée des experts-comptables ?

Numérique
Outils
TAILLE DU TEXTE

La digitalisation bouleverse le quotidien des professionnels du chiffre. L’automatisation des tâches fait douter nombre d’experts-comptables sur l’avenir de la profession.

Comptalib, cette nouvelle legaltech, propose une solution balisant tout le parcours de la gestion comptable d’entreprise, de façon automatisée, depuis la création d’entreprise, en passant par les déclarations fiscales, jusqu’au bilan comptable. Comme tout « néo-entrepreneur », Quentin Dupuy, Co-Fondateur de Comptalib, a choisi une formule 100 % digitale, car il constate que « les utilisateurs n'ont plus forcément besoin de conseils d'experts-comptables, la technologie et le conseil par chat peuvent leur suffire. La technologie peut automatiser tout le travail d'un comptable ».

Cette plateforme SaaS propose un service clé en main et moins cher aux entrepreneurs. Développée en trois mois et basée sur une intelligence artificielle en machine learning, l’ensemble des flux financiers sont synchronisés et automatiquement classés dans les plans comptables via son intervention. Quentin Dupuy souligne : « L'IA apprend de toutes les opérations anonymisées existantes sur la plateforme. Elle est déjà entraînée pour un grand nombre d'informations. »

« Nous sommes le Waze de la comptabilité, le copilote des professionnels »

Dix ou vingt euros par mois, c'est la somme à débourser pour profiter de cette technologie. Pour dix euros, les indépendants peuvent automatiser leurs déclarations fiscales, avoir accès à la facturation et aux tableaux de bord. L’autre offre cible les entrepreneurs. En plus de la facturation et des tableaux de bord, ceux-ci peuvent avoir leurs déclarations de TVA et Cerfa générées. Une solution dont le coût est bien inférieur aux honoraires des professionnels du chiffre. Quentin Dupuy précise : « Grâce à notre IA, il est possible de réaliser sa comptabilité annuelle en seulement quelques heures, jusqu'au bilan, et ainsi faire économiser de l'argent et un temps précieux aux professionnels. »

« Notre prérogative d’exercice sur la tenue des comptes est bafouée en toute légalité » selon Philippe Arraou

Cette évolution technologique fait bouger les lignes chez les professionnels du chiffre. La transformation numérique s’impose bon gré mal gré dans les cabinets. Philippe Arraou, candidat à la Présidence du CSOEC, insiste notamment : « Parallèlement, nous allons disrupter nos disrupteurs en créant de nouveaux outils. Quand on lit qu’il a fallu seulement trois mois pour développer la plateforme SaaS en utilisant l’intelligence artificielle, on comprend bien qu’il faut aller vite aujourd’hui pour ne pas se laisser manger la laine sur le dos. » La profession doit élargir ses compétences et saisir le train en marche pour ne pas être disruptée par l’intelligence artificielle.

Une étape sera passée le 1er décembre avec le lancement de Comptalib qui souhaite se positionner comme l'outil comptable automatisé de référence au niveau national auprès des entrepreneurs.

Yannick Nadjingar-Ouvaev

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.