L’exercice du pouvoir de direction d’un supérieur hiérarchique n’est pas, à défaut de preuve, un harcèlement moral

Santé et sécurité au travail
Outils
TAILLE DU TEXTE

La Cour de cassation approuve la cour d’appel qui juge souverainement que le délit de harcèlement moral reproché au supérieur hiérarchique n'est en l’espèce pas caractérisé et que les agissements litigieux relèvent davantage de l'exercice de son pouvoir de direction.

Une partie civile à un procès pénal se pourvoit en cassation contre l’arrêt de la cour d’appel de Toulouse qui l’a déboutée de ses demandes de dommages et intérêts après relaxe de deux prévenus du chef de harcèlement moral. Les juges du fond ont en effet considéré que le délit de harcèlement moral reproché au prévenu n'était pas caractérisé, en ce qu'il n'était pas établi de façon certaine que, dans l'opposition des personnalités entre lui et la demanderesse, il y avait eu une intention de lui nuire (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à Veegee ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.