Amiante : conditions d'ouverture de la réparation du préjudice d'anxiété

Santé et sécurité au travail
Outils
TAILLE DU TEXTE

Les salariés ayant travaillé dans un établissement classé "amiante" mais dont le métier n'est pas visé par l'arrêté de classement de l'établissement ne peuvent obtenir réparation de leur préjudice d'anxiété.

Des salariés ayant travaillé dans un établissement classé "amiante" ont été exposés à des poussières d'amiante et se trouvaient exposés à l'inhalation de telles poussières. Ils ont saisi la juridiction prud'homale pour réclamer la réparation de leurs préjudices économique et d'anxiété. La cour d'appel d'Aix-en-Provence a accueilli leurs demandes et a fixé les créances des intéressés à une certaine somme au titre du préjudice d'anxiété. Les juges du fond ont retenu que les employés administratifs et la femme de ménage travaillaient à proximité immédiate des ateliers, dont (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à Veegee ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.