L'inaction de l'employeur face au harcèlement moral justifie la rupture du contrat de travail

Santé et sécurité au travail
Outils
TAILLE DU TEXTE

La rupture du contrat de travail est la conséquence des faits de harcèlement moral, dont la salariée a été victime, quand l'employeur réagit trop tardivement.

Engagée par une société en qualité de vendeur senior, une salariée s'est trouvée en arrêt de travail pour état pathologique résultant de la grossesse puis en congé parental. Elle a notifié sa démission à son employeur et a saisi la juridiction prud'homale. Le 9 janvier 2014, la cour d'appel de Dijon condamne l'employeur car la prise d'acte de la rupture du contrat de travail produisait les effets d'un licenciement nul, jugeant que la salariée avait été victime de faits répétés de harcèlement moral. Le 8 juillet 2015, la Cour de cassation rejette le pourvoi de l'employeur.L'employeur, bien qu'informé de tels faits, n'avait pris au jour de (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à Veegee ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.