Condamnation pour des faits constitutifs de harcèlement sexuel

Santé et sécurité au travail
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le chef de rayon d’un magasin qui impose à ses salariées, de façon répétée, des propos ou comportement à connotation sexuelle les ayant placées dans une situation intimidante, hostile ou offensante, est coupable d’harcèlement sexuel.

Les salariées d’un magasin d’alimentation ont déposé plainte contre leur chef de rayon pour harcèlement sexuel. Ce dernier a été déclaré coupable de ce délit et a été condamné à 1.500 euros d’amende. La cour d’appel a confirmé ce jugement. Les juges du fond ont retenu que le prévenu avait "de manière insistante et répétée, en dépit du refus des salariées de céder à ses avances, formulé, verbalement ou par messages électroniques (SMS), des propositions explicites ou implicites de nature sexuelle, et adopté un comportement dénué d’ambiguïté (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à Veegee ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.