Un rebond inattendu des créations d'entreprise en juin et juillet 2020 après le déconfinement

Décryptages
Outils
TAILLE DU TEXTE

Sophie Jonval, Présidente du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce et Laurent Frelat, Directeur Général de l'Institut Xerfi | I+C, ont présenté les résultats d'une étude du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce sur l'impact de la crise du Covid-19 sur les entreprises, réalisée en association avec l'institut Xerfi | I+C. L'étude révèle que le nombre d'entreprises en difficulté reste bien inférieur aux niveaux de 2019 et un rebond inattendu des créations d'entreprise observé pendant l'été malgré la crise sanitaire.

Si le premier baromètre national des entreprises témoignait du « choc frontal » subi par les entreprises lors du confinement avec une forte diminution du nombre de créations d’entreprise sur la période du 16 mars au 30 avril (- 54,3 % à un an d’intervalle), le nouveau baromètre national des entreprises fait apparaître un rebond exceptionnel de la création d'entreprise en juin et juillet 2020.

Sur la période du 1er mai au 31 juillet 2020, 105 843 immatriculations au RCS ont été enregistrées, soit une baisse de seulement 5,5 % par rapport à la même période en 2019. De manière assez inattendue, la création d’entreprise est même parvenue à dépasser ses niveaux déjà élevés de 2019 sur les mois de juin (+ 13,4 %) et de juillet (+ 7,5 %). A noter cependant que malgré ce rebond exceptionnel, les immatriculations restent en contraction sur douze mois glissants (- 5,4 %).

Dans le même temps, 6 037 ouvertures de procédures collectives ont été enregistrées, soit une baisse de 42,5 % à un an d’intervalle. « Cette situation s'explique par les mesures de soutien aux entreprises mises en place par le gouvernement : PGE, gel des cotisations, chômage partiel. Le pire a été évité. Nous sommes dans une situation paradoxale d'excès de liquidités des entreprises » explique Laurent Frelat. Toutefois, le moratoire, prenant fin le 24 août, laisse craindre une hausse significative du nombre d’ouvertures dans les mois à venir.

Le Sud et le Grand-Est toujours en difficulté

La grande majorité des régions conserve une évolution négative du nombre d’immatriculations d’entreprises à un an d’intervalle, mais dans une moindre mesure que lors de la période de confinement. Durement impactées en mars et avril, les régions Ile-de-France (0 %) et Hauts-de-France (- 1,2 %) se ressaisissent et parviennent même à retrouver un niveau équivalent à celui de 2019. A contrario, les régions Corse (- 20,5 %), Occitanie (- 12,4 %), PACA (- 11,9 %) et Grand-Est (- 11,6 %) ont davantage de mal à rebondir.

Des créations d’entreprise boostées par le dynamisme de la Foodtech

Les activités d’hébergement et de restauration (- 29 %) et les autres activités de services (- 25 %) sont les plus touchées par la crise.

À l’inverse, les activités de transport et entreposage (24 %) ont fortement augmenté et représentent une part importante des créations d’entreprise. Ce secteur est principalement porté par les acteurs de la Foodtech ayant recours à des prestataires indépendants. À elle seule, cette activité de livraison de repas représente 10 % des créations d’entreprise sur la période. De plus, de grandes enseignes de distribution alimentaire comme Casino, Carrefour se sont récemment associées à ces géants de la livraison à domicile. Ces nouveaux partenariats renforcent encore un peu plus l’impact positif de ce secteur sur les créations d’entreprise.

« Nous serons attentifs aux semaines qui arrivent. Le moratoire va prendre fin. Nous aurons alors une meilleure photographie de l'activité économique de notre tissu entrepreneurial » conclut Sophie Jonval, Présidente du Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce.

Arnaud Dumourier (@adumourier)

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.