La fonction audit interne face aux nouvelles technologies

Etudes
Outils
TAILLE DU TEXTE

audit-nouvelles-technologiesUne étude du cabinet PwC analyse les rapports entre la fonction audit interne et les nouvelles technologies.

Blockchain, robotisation, intelligence artificielle... les auditeurs internes sont confrontés à de nouveaux défis liés aux technologies, qui impactent autant leurs enjeux métiers que les organisations et les méthodes de travail. Comment la fonction audit interne s’est-elle saisie de ces mutations ? Quelles sont les stratégies efficaces à adopter ? Autant de questions traitées dans l'étude PwC : « Moving at the speed of innovation : The foundational tools and talents of technology-enabled Internal Audit » conduite auprès de plus de 2 500 administrateurs, cadres dirigeants et professionnels de l’audit dans le monde.

La majorité des fonctions audit interne suivent la vague technologique

Selon cette étude, 44 % des directeurs de l’audit interne restent à convaincre sur la valeur ajoutée de l’utilisation des nouvelles technologies. L’étude souligne par ailleurs le tournant technologique que les entreprises doivent saisir et auquel les auditeurs internes doivent contribuer.

Les fonctions audit interne ne sont pas toutes au même niveau de maturité technologique. L’étude PwC distingue ainsi trois catégories. La première est celle des « Pionnières », à la pointe sur l’adoption des nouvelles technologies. Elles représentent seulement 14 % des fonctions audit interne. La deuxième catégorie, les « Suiveuses », empruntent la voie ouverte par les « Pionnières » mais à un rythme plus modéré. Elles représentent près de la moitié (46 %) des fonctions audit interne dans le monde. Enfin, les « Observatrices » tardent à adopter les nouvelles technologies. Elles sont les plus représentées dans l’Hexagone (49 %).

« Ces résultats confortent ce que nous avons pu constater ces dernières années, en particulier en France, avec des expérimentations par les fonctions audit interne qui ont souvent débouché sur des résultats mitigés, faute d’une stratégie à long terme ou de moyens adaptés » a commenté Paul Le Nail, Associé responsable de l’équipe Services à l’audit interne de PwC France.

Quels outils pour une utilisation efficace des nouvelles technologies dans l’audit interne ?

Tout l’enjeu pour les fonctions audit interne est de retenir une stratégie efficace et d’intégrer les innovations pertinentes dans leur organisation. L’étude PwC met en valeur les caractéristiques qui permettent aux fonctions les plus performantes de se distinguer des autres.

Ainsi, la stratégie des « Pionnières » s’articule autour de l’adoption de quatre catégories d’outils : ceux qui facilitent la collaboration entre l'audit interne, les autres fonctions et les entités auditées (des intranets par exemple, ou des répertoires partagés, des sites collaboratifs...), ceux qui permettent l’extraction de données, ceux utilisés pour l’analyse de ces données et enfin, ceux qui autorisent l’analyse prédictive et l’automatisation.

Cette quatrième catégorie d’outils concerne les technologies en développement comme la robotisation et l’intelligence artificielle. Ce sont les nouvelles frontières, clairement moins développées à ce jour même si 12 % des « Pionnières » déclarent utiliser aujourd’hui la robotisation, qui va incontestablement se répandre pour les aspects conformité. Le domaine le plus mentionné reste les analyses prédictives.

Les fonctions audit interne les moins matures – assez largement représentées en France – doivent travailler sur ces quatre aspects pour rattraper leur retard technologique.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.