2020 : l’année de l’investissement technologique pour les DAF

Décryptages
Outils
TAILLE DU TEXTE

Une tribune de Nick Jackson, Directeur Innovation Finance et Performance chez Oracle.

Au cours des dernières années, et particulièrement lors des douze derniers mois, le rôle du DAF a évolué. Davantage positionné au cœur des décisions stratégiques de son entreprise, il tient désormais le rôle de pilote pour engager les investissements qui rythmeront les succès à venir. Si l’année 2019 a été celle de la réflexion quant aux changements à apporter aux processus et aux outils à implémenter dans l'entreprise, l’année 2020 devrait marquer une nouvelle ère pour les DAF : elle devrait en effet matérialiser leur engagement dans des dépenses en technologies novatrices donnant à leur entreprise la possibilité d’étendre ses activités et ainsi, de continuer à se développer.

Des nouveaux modèles proposés aux clients en passant par l’utilisation de la data ou encore, l’adoption grandissante du cloud, du machine learning et de l’analyse prédictive, voici les quatre tendances principales à surveiller en 2020.

Le modèle économique de l’abonnement va modifier les contours de la relation client

On constate de plus en plus que les entreprises ont radicalement changé le mode de facturation des services proposés à leurs clients. Les forfaits et autres modes d’abonnement sont déjà bien répandus dans la sphère B2C ; ils sont notamment proposés par des entreprises qui dominent le marché mondial comme par exemple Netflix ou Spotify. Au cours de l’année 2020, de plus en plus d’entreprises B2B vont s’orienter vers des offres similaires. Mais cette transition implique des changements organisationnels qui inciteront les entreprises à mettre en place des solutions de back office pour soutenir ces nouvelles stratégies.

Cela amènera logiquement à avoir désormais une approche commune de la relation client et de la gestion financière pour mettre au point des stratégies commerciales performantes. Le succès d’un modèle sur abonnement résidant dans la manière dont une entreprise envisage chaque client dans son individualité, les entreprises auront en effet besoin d’associer les données relatives à chaque client avec son historique financier.

Les données deviennent une mine d’or pour identifier les opportunités d’investissement

Avec toutes ces données à portée de main, les DAF pourront désormais mieux prévoir leurs dépenses stratégiques. Les équipes financières seront donc amenées à se tourner vers l’analyse prédictive pour obtenir des informations clés sur leurs investissements potentiels. Cette technologie leur permettra également de mesurer la performance de leurs actifs et de déterminer quels sont les investissements nécessaires.

L’internet des objets par exemple peut servir à recueillir des données provenant des machines utilisées par un fabricant. En les analysant, il est possible de prédire avec plus de précision les opérations de maintenance des équipements requises ou de définir le bon moment pour effectuer de nouvelles commandes de matériel.

Les équipes financières, dans leur ensemble, ont accès à un plus large volume de data que n’importe quel autre service au sein des entreprises, plaçant les DAF « modernes », c’est-à-dire ceux qui utilisent ces données, dans une position privilégiée. Les décideurs financiers qui exploiteront ces data au mieux seront ceux qui, dans les années à venir, connaîtront le plus de succès. Grâce à leur approche avant-gardiste, ils seront les véritables co-pilotes des CEO et joueront ainsi un rôle clé dans les décisions stratégiques.

Les DAF pourront mieux gérer la fiscalité de leur entreprise

Le montant des impôts que les entreprises du monde entier versent, ou non, dans les régions où elles ont des activités, est aujourd’hui particulièrement observé. L’un des défis pour les DAF reste de savoir comment gérer au mieux cette épineuse problématique fiscale dans une économie globale de plus en plus interconnectée. Une question reste en suspens, à savoir : jusqu’où les législateurs sont-ils prêts à aller pour imposer le paiement de l’impôt dans le pays où les revenus sont générés et non en fonction de là où les dépenses sont initiées ?

C’est exactement pour cette raison que de plus en plus d’entreprises vont se tourner vers des solutions cloud de back office pour gérer le traitement des impôts dont elles doivent s’acquitter. Elles gagneront en réactivité et en transparence pour leurs transactions financières. Elles pourront lier les informations fiscales aux documents sources et ainsi mettre à jour plus rapidement leurs systèmes et processus pour se conformer à tout changement législatif.

L’avènement des partenariats métiers stratégiques

Le partenariat métiers est le développement de relations stratégiques fructueuses, construites sur le long terme, entre différentes fonctions business et leurs clients en interne. Si ce terme s’avère être assez familier dans le monde de la finance depuis pas mal de temps, il s’est souvent limité à la simple fourniture d’informations ou d’aperçus sur une situation donnée.

Cependant, à mesure que les DAF utiliseront la data et l’analyse prédictive pour devenir un conseiller stratégique clé de leur board, ils feront également évoluer le rôle de leur équipe dans leur entreprise. C’est en définitif l’ensemble des équipes financières qui seront amenées à faire appel de plus en plus à des technologies comme l’automatisation, le machine learning et l’analyse prédictive. Cela leur permettra de s’affranchir de tâches répétitives comme par exemple la saisie des données, pour se concentrer sur des actions à plus forte valeur ajoutée. Les conversations entre les partenaires métiers et leurs clients internes ne porteront plus que sur la qualité et la pertinence des sources des données et seront initiées à partir d’une version unifiée des données. Ils pourront alors proposer des pistes d’amélioration et effectuer des recommandations plus pertinentes. Ils auront ainsi une véritable influence sur les décisions stratégiques et in fine sur la performance de leur entreprise.

Nick Jackson, Directeur Innovation Finance et Performance chez Oracle

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.