Robert Dambo, Président de Grant Thornton en France : « Mon ambition est de faire de Grant Thornton un cabinet de nouvelle génération et de progrès »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Robert Dambo est le nouveau Président de Grant Thornton en France. Il revient sur cette nomination, son parcours, sa vision pour le cabinet et les grands axes de son action à venir.

Quel est votre sentiment sur votre nomination à la Présidence de Grant Thornton en France ?

Devenir Président de Grant Thornton après avoir été son Directeur général m’inspire un sentiment de grande responsabilité mais aussi de grande fierté.

Responsabilité car Grant Thornton est un grand cabinet d’audit et de conseil qui est passé en moins de vingt ans du 15ème au 6ème rang sous la houlette de mon prédécesseur Daniel Kurkdjian, qui d’ailleurs reste dans notre environnement avec un titre de Président émérite. Être à la tête de ce cabinet, c’est avoir la responsabilité et l’engagement de maintenir un cap pour une organisation pluridisciplinaire et internationale. C’est l’ambition de porter encore plus haut les couleurs de l’entreprise et de la développer.

Enfin, c’est la fierté de présider un cabinet à la force de frappe mondiale. Je tiens à souligner cet aspect. Grant Thornton existe parmi les grands de l’international avec une présence dans plus de 140 pays, un fonctionnement homogène, les mêmes outils, les mêmes valeurs, la même bannière et la même stratégie globale. Cela garantit l’alignement des firmes de notre organisation internationale pour un service mondial homogène rendu à nos clients.

Pouvez-vous nous resituer votre parcours ?

Mon cheminement professionnel m’a permis de bien connaître ce que nous sommes chez Grant Thornton. Il m’a conduit en effet à tous les niveaux du management et m’a amené en outre à pratiquer les principaux métiers de notre groupe.

Lorsque j’ai rejoint Grant Thornton après une première expérience d’audit grands comptes chez un concurrent, j’ai débuté comme Associé et suis devenu rapidement Directeur d’un bureau en région, à Roanne. Dans ce cadre, j’ai appréhendé les métiers de l’expertise comptable et du conseil, tout en continuant de pratiquer l’audit des PME et grands comptes. Par la suite, je suis devenu Directeur de la région Rhône-Alpes, qui correspond à la région Centre-Est aujourd’hui. J’y ai alors développé les métiers du conseil financier, avec notamment le Transaction Services. Ces dernières années, j’étais Directeur général en charge des régions puis de toutes les activités du cabinet en France incluant Paris. J’avais par ailleurs en transversal la responsabilité du développement commercial.

Quelle est votre vision pour Grant Thornton en France ?

Ma vision s’appuie tout d’abord sur notre raison d’être qui est de libérer le potentiel de croissance de nos clients par une offre pluridisciplinaire au service de la performance, de la transformation et du progrès.

Sur l’aspect pluridisciplinaire, il s’agit bien entendu de l’audit et de l’expertise comptable qui sont nos métiers historiques. Mais notre approche est désormais globale et intègre nos métiers du conseil financier, du conseil opérationnel, le juridique et le fiscal. En définitive, nous déployons pour nos clients des solutions qui leur permettent d’améliorer leur performance et de répondre aux complexités liées à la globalisation, l’innovation, la réglementation, la sécurité de leurs opérations… Ces enjeux requièrent la construction de nouvelles offres. C’est ce que nous faisons tous les jours. Nous adaptons notre accompagnement à la réalité de terrain de nos clients. Nous cultivons l’agilité qui est un facteur clé de succès pour répondre en permanence au marché.

Mon ambition est de faire de Grant Thornton un acteur différent, un cabinet de nouvelle génération et de progrès. J’ai ainsi placé la responsabilité sociétale au centre de nos décisions. Une entreprise faisant l’impasse sur le sujet RSE se coupera de ses marchés et de ses parties prenantes. Aujourd’hui, les jeunes générations ont une vision différente de la nôtre. Si nous ne savons pas la prendre en compte, nous serons défaillants dans notre compréhension de leurs enjeux et in fine sur le sens que recherchent nos collaborateurs. Il faut leur parler « vrai » et oublier les discours trop « corporate » qui ne les séduisent plus.

Et concrètement, quels seront les grands axes de votre action en tant que Président du cabinet ?

Au-delà des évolutions sociétales évoquées, notre développement et notre pérennité passent par la transformation de nos métiers grâce à l’autre axe stratégique clé qu’est l’innovation, c’est certain, mais également par la croissance et la rentabilité du cabinet qui nous permettront d’investir.

Nous visons une nouvelle manière de travailler afin d’être plus efficaces ensemble. Nous devons insuffler un nouvel état d’esprit au sein des équipes, qui leur permettra d’exprimer tout leur potentiel.

Nous souhaitons enrichir encore la palette de notre offre conseil et élever le niveau de valeur ajoutée de nos solutions à l’attention du mid-market et de la grande entreprise.

Enfin, on évoque beaucoup la déconcentration du marché de l’audit. Nous souhaitons profiter pleinement de ces opportunités offertes par la rotation obligatoire des mandats des sociétés cotées imposée par la réforme européenne de l’audit. Nous nous sommes préparés et renforcés. Nous estimons être ainsi très bien positionnés pour devenir ce nouvel acteur du marché des grands comptes, y compris du CAC 40 : nous sommes prêts !

Propos recueillis par Hugues Robert (@HuguesRob)

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.