Aurélien Boucly, Robert Half : « Les métiers de la finance et de la comptabilité sont parmi les moins affectés par la pandémie »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Aurélien Boucly, Associate Business Director au sein du cabinet Robert Half, revient sur le marché du recrutement dans le secteur finance et comptabilité dans le contexte actuel de crise liée à l'épidémie de Covid-19.

Comment se porte le marché du recrutement en finance et comptabilité actuellement ?

Le marché se porte plutôt bien, avec des dirigeants confiants quant à leurs perspectives de croissance en début d’année et qui placent l’année 2021 sous le signe de la reprise et de la reconstruction. A cet égard, les fonctions en finance et comptabilité jouent un rôle essentiel pour répondre aux enjeux d’efficacité et de réduction des coûts. Les DAF ont plus que jamais eu besoin depuis un an d’optimiser la performance de leur entreprise, mais aussi la gestion de leur trésorerie afin de garantir la pérennité et la reprise de l’activité. Il n’y a donc pas de gel des embauches.

Les responsables et chefs comptables notamment sont toujours très demandés, les comptables généraux également. C’est donc un marché dans lequel paradoxalement les candidats ont davantage de choix, car ces profils sont plus rares : ils doivent combiner un haut niveau d’études, des compétences en management et gestion de projets, maîtriser l’anglais aujourd’hui indispensable.

Au-delà de ces fonctions, les DAF peuvent aussi être à la recherche d’analystes financiers, d’analystes de la performance, de gestionnaires de la paie ou encore de responsables risques et conformité, pour faire face au contexte actuel.

Quels sont les impacts de la pandémie de coronavirus en la matière ?

Les métiers de la finance et de la comptabilité sont parmi les moins affectés par la pandémie, car il est difficile de se passer de ces fonctions clés, même dans les secteurs les plus touchés par la crise. De ce fait, les salaires sont stables, voire en progression, car les entreprises doivent pouvoir faire venir les talents.

En revanche, les attentes en termes de profils ont pu évoluer. Les directeurs financiers sont en recherche à la fois de compétences techniques pour implémenter la transformation digitale (il faut pouvoir mettre en place les outils nécessaires à la bonne performance de l’entreprise) et de soft skills, indispensables pour mener à bien les projets dans le contexte de crise. Ils ont besoin de collaborateurs fiables, capables de s’adapter rapidement au changement, de travailler en équipe (souvent à distance) ou de les entraîner (pour les profils managériaux), d’avancer en autonomie sur leurs projets et de réfléchir de manière créative. La gestion des talents prend une importance inédite.

Quels sont vos conseils aux recruteurs ?

Dans un marché de candidats, comme celui des emplois financiers, il est indispensable pour les recruteurs d’être limpides et réalistes sur leur capacité à attirer tel ou tel profil. Les candidats sont de plus en plus soucieux de leur progression au sein des entreprises qu’ils rejoignent ainsi que des responsabilités et salaires qu’ils se voient attribuer. Les recruteurs doivent donc être en mesure de s’aligner avec leurs attentes. Au-delà du salaire, d’autres avantages en termes de flexibilité, de possibilité de télétravail, peuvent compter dans ce contexte de contraintes sanitaires.

Les Annuaires du Monde du Chiffre

 

 

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.