La CAVEC s'exprime contre la réforme des retraites

A LA UNE
Outils
TAILLE DU TEXTE

« Non à la réforme des retraites proposée par le rapport Delevoye » s'exclament les administrateurs de la CAVEC dans un communiqué.

Dans un contexte d’incertitude concernant la réforme systémique des retraites, les administrateurs de la CAVEC, experts-comptables et commissaires aux comptes, ont souhaité établir une déclaration affirmant leurs positions en la matière :

« S’agissant d’un futur régime universel :

  • Les membres du conseil d’administration valident la création d’un régime de base universel par points tel qu’il existe depuis 2003 pour les professions libérales.
  • Il doit être limité à un plafond de sécurité sociale.
  • Il ne doit pas faire peser un risque économique sur l’activité des affiliés de la CAVEC.
  • Il doit trouver un juste équilibre entre cotisations versées et prestations servies par le maintien d’un rendement technique performant.
  • Il ne doit pas faire apparaître une augmentation de cotisations et une baisse de prestations.
  • Il devra avoir un âge légal pour l’obtention du taux plein identique à celui du régime complémentaire de la CAVEC qui est actuellement de 65 ans.
  • Le risque d’une perte de confiance vis-à-vis d’un régime de retraite unique et totalement géré par l’État ne doit pas être sous-évalué.

S’agissant du régime de retraite complémentaire de la CAVEC :

  • Le régime complémentaire qui est équilibré aujourd’hui et demain doit être préservé car il a su s’adapter aux besoins de la profession pendant 70 ans et nul doute qu’il saura le faire dans le futur ; il permet d’assurer aux affiliés de la CAVEC une retraite décente, viable et performante.
  • Le pilotage du régime complémentaire doit rester du domaine de la CAVEC, avec un souci permanent de garantie de la solidarité intergénérationnelle.
  • La cotisation du régime complémentaire, par points, doit débuter dès le premier euro de revenu.
  • La réversion des droits à la retraite complémentaire doit être assurée dans les mêmes proportions que celles du régime actuel, c’est-à-dire sans conditions de ressources.
  • Les réserves du régime complémentaire, constituées au fil des années grâce à un effort de contribution des cotisants, doivent rester la propriété des affiliés de la CAVEC.

S’agissant du régime de prévoyance de la CAVEC (régime invalidité décès) :

  • Le régime de prévoyance, offrant actuellement un rapport cotisations-prestations très compétitif et une garantie très efficace totalement auto-financée, doit être préservé.

Enfin :

  • Un guichet unique pour les experts-comptables et les commissaires aux comptes doit être maintenu, géré par la CAVEC, en charge du régime complémentaire et du régime invalidité décès.
  • La maîtrise du recouvrement des cotisations doit rester de la compétence de la CAVEC. »
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.