Boom du marché du travail de l’expertise comptable

Etudes
Outils
TAILLE DU TEXTE

Une étude du cabinet de recrutement Fed Finance « Attirer, rémunérer, fidéliser les collaborateurs comptables » fait le point sur le marché de l’emploi dans le secteur du chiffre. Les perspectives sont très enthousiasmantes.

Dans le cadre d’une enquête intitulée « Attirer, rémunérer, fidéliser les collaborateurs comptables », Fed Finance a interrogé près de 900 candidats et 69 associés de cabinets d’expertise comptable répartis sur tout l’Hexagone, afin d’établir un panorama du marché du travail dans le secteur.

Premier enseignement : collaborateurs (83 %) comme recruteurs (72 %) jugent leur marché dynamique ou très dynamique. Ce chiffre est en progression de six points par rapport à la précédente enquête réalisée en 2015.

Un marché de l’emploi favorable aux candidats 

Qui dit marché dynamique, dit nombreuses opportunités et candidats plus exigeants sur leurs conditions d’embauche et de travail. Presque à l’unanimité (97 %), les associés font état de difficultés à recruter les candidats dont ils ont besoin :

  • 67 % des cabinets se plaignent du nombre trop faible de candidatures reçues ;
  • 61 % indiquent un manque de technicité et de maîtrise des logiciels ;
  • 52 % déplorent un manque de motivation ou de savoir-être des candidats.

Décalage de vue sur la rémunération

Comment attirer les collaborateurs dans ce contexte ? Selon un tiers des recruteurs, les prétentions salariales trop élevées freinent les embauches. De fait, interrogés sur leurs principaux critères de choix d’un poste, la grande majorité des candidats (76 %) placent la rémunération en tête de liste (avec huit points de plus qu’en 2015). Arrivent ensuite la situation géographique (65 %) puis l’état d’esprit et l’ambiance de la structure (52 %).

De leur côté, les recruteurs estiment que les candidats s’attachent en premier lieu à l’ambiance de l’entreprise (71 %) suivie par l’organisation du travail (horaires, télétravail...) à 59 % puis par la situation géographique et la rémunération (42 %).

Un bon esprit au travail gage de fidélisation des collaborateurs 

Candidats (75 %) et associés (60 %) se rejoignent sur un point : l’ambiance au travail est le principal facteur pour qu’un collaborateur reste dans un cabinet.

Néanmoins, pour fidéliser les équipes, les employeurs auront tout intérêt à concentrer leurs efforts sur les augmentations de salaire et les signes de reconnaissance. En effet, ces critères arrivent en deuxième et troisième places des raisons pour lesquelles les salariés demeurent dans un cabinet. Contrairement à ce que pensent les associés, ce ne sont pas les valeurs et la culture de l’entreprise ou encore la qualité des dossiers, qui convainquent en premier lieu les candidats de rester !

Sur le même sujet : [Interview Vidéo] Julien Le Puil, Président de l'ANECS Île-de-France : « Pour attirer les jeunes, il faut montrer que l’entreprise a un projet ambitieux »

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.